Affranchissez-vous de vos croyances limitantes

Ceux qui accomplissent de grandes choses dans leur vie ont un point commun : celui de voir grand et de ne se fier qu’à leurs rêves et non à la pensée commune. Si Steve Jobs avait prêté une oreille attentive à ses détracteurs, il n’aurait jamais lancé les produits que nous connaissons tous aujourd’hui. Si l’un de vos amis vous déconseille d’investir dans tel ou tel actif mais que vous vous sentez bien à l’égard de cet investissement : faites confiance à votre intuition car vous savez ce qui est bon pour vous. De la même façon, si votre désir est de faire la une d’un célèbre magazine, en tant qu’investisseur de l’année, faites de votre désir une réalité.

J’ai, pour ma part, longtemps entretenu une croyance limitante selon laquelle si je m’investissais dans un projet qui me tenait à cœur, l’équilibre financier ne pourrait être au rendez-vous. Notre projet hôtelier dans le pays-basque m’a démontré le contraire. C’est un projet qui me tenait très à cœur, et dans lequel j’ai mis passion, et enthousiasme. Aujourd’hui, non seulement nos hôtes manifestent régulièrement leur satisfaction, mais l’équilibre financier est au rendez-vous.

Vous avez probablement déjà entendu un jour cette phrase : “tu sais, on ne pas tout avoir”. Ceci est une croyance limitante. Avec humilité, je peux vous affirmer le contraire : oui nous pouvons être heureux au travail, épanoui dans son couple, et jouir de la liberté financière. Donc, oui, nous pouvons tout avoir.

En termes de croyances limitantes, certains estiment que se lancer en période de crise est périlleux. Or, le meilleur moment pour démarrer son entreprise, ou pour investir dans l’immobilier est de le faire durant une période de récession : car, ces périodes économiquement difficiles offrent de nombreuses aubaines, de meilleures affaires.

Notez que se débarrasser des croyances limitantes implique d’aller à l’encontre de ce que vous avez toujours pensé, à l’encontre de l’opinion générale.
Aujourd’hui, je préfère investir dans des actifs tangibles comme l’immobilier, l’or ou les terres agricoles. Mais à l’époque, si j’avais écouté les gens qui pensaient que l’immobilier ne pouvait pas se commercialiser en tant que produit financier : je n’aurais jamais pu faire de l’immobilier de placement, ni vivre le parcours parsemé d’enseignements, que j’ai vécu.

Aussi, la grande incertitude économique dans laquelle nous évoluons, l’endettement majeur des états, la faiblesse des taux d’intérêts actuels font que face à d’éventuelles nouvelles crises économiques, le levier de la diminution des taux ne pourrait être activé. En effet, il serait alors probable que nous rentrions dans une période d’inflation où seraient privilégiés les actifs tangibles : l’immobilier, les terres agricoles. L’or, valeur refuge négociable partout, est également un actif à privilégier.

Je vous invite ainsi à lister toutes vos croyances limitantes sur une feuille, et à les changer en tournures positives. Ainsi, la croyance selon laquelle “aujourd’hui, il n’y a plus de placement prudent qui rapporte” devient “il existe de nombreux placements prudents qui rapportent”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *